APPOLINAIREKOULAMA

Dans un pays comme le Congo ravagé  par  le  Tribalisme  et  ses  violences  politico ethniques, la solution est de   mettre  fin  à  la constitution  actuelle  qui prône centralisme. D'où il faut imaginer  des nouvelles formes de conduite politique qui sauront créer avec  intelligence, de nouvelles attitudes et synergies politique. 

Il faut donc une   constitution basée :  sur  la  nature  culturelle  de ce pays celle-là héritée  des  ancêtres  et  de l’observation  scientifique  des  faits  matériels  réels  (historiques et  contemporains).

Sur  les  faits  matériels  historiques,  De nombreux  royaumes  composaient  le  continent  africain, parmi  lesquels,  le  royaume  Kongo,  le  royaume  Ashanti…,  déjà,  à  cette  époque,  l’Afrique  était  le  théâtre  des  guerres  (……),  des  conquêtes  de  territoire  liées  aux  migrations  (l’avancée  des  peuples  Nilotiques  vers  l’Afrique  centrale  de  l’est,  l’avancée  des  peuples  Bantoues  vers  le  sud  du  continent),  les  prisonniers  de  guerre  et  les  grands  délinquants  étaient  réduits  en  esclavage.

L’Afrique  centrale  avait  été  découverte  par  les  portugais  qui  découvrirent  des  royaumes  bien  structurés,  prenant  le  cas  qui  nous  intéresse  le  plus,  le  royaume  Kongo  qui  était  un  Empire  qui  regroupait  des  royaumes  autonomes,  indépendants  et  de  diversités   linguistiques  (royaume  de  Loango,  royaume  du  Cabinda),  l’organisation  sociale  s’apparentait  à  une  démocratie  fédérale,  les  royaumes  fédérés  ne  se  combattaient  pas  entre  eux,  la  paix  y  régnait.  Les  rapports  entre  les  individus  étaient  régis  par  le  code  coutumier.

La  colonisation  qui  a  détruit  les  anciens  empires  africains  avait  regroupé  (conséquence  de  la  conférence  de  Berlin  de  1885)  des  communautés ayant  des  caractéristiques  différentes,  ces  décisions  étaient  prises  par  des  politiciens  et  non  par  des  intellectuels  européens,  sans  tenir  compte  des  futures  conséquences.

Sur  les  faits  matériels  contemporains,  la  France  démocratique  accepte  d’engager  un  processus  d’indépendance  pour  un  futur  Etat  démocratique.  Les  premiers  partis  politiques  sont  crées  à  partir   de  1958,  le  UDDIA  le  parti  de  l’abbé  Fulbert  Youlou  dont  le  fief  était  Brazzaville  et  le  MSA  le  parti  de  Opango  avait  pour  fief  le  nord  du  pays.  Ce  bipartisme  sera  le  résultat  de  l’antagonisme  Nord-Sud,  en  1959,  des  émeutes  importantes  et  sanglantes  entre  les  partisans  des  deux  partis  s’éclatent  à  Brazzaville,  selon  Gaspard  Safou  dans  « de  la  démocratie  à  la  démocrature ». 

Remarquons  que ces  phénomènes  sociopolitiques  est  la  conséquence  de  notre  culture  socio tribale,  enfouis  en  nous,  et  contenue  par  la  politique  dictatoriale  et  totalitaire  du  parti  unique,  mais  se  manifestent  brutalement  en cas  de  crise  ou  de  mutation  politique.  En  1993,  une  autre  guerre  civile  opposera  les  partisans  de  Lissouba  aux  partisans  de  Kolélas.

Selon  Christian  M’para  dans  « dérives  politiques  et  catastrophes  humanitaires »,  l’espoir de démocratisation  suscité  par  la  tenu  de  la  Conférence  Nationale  en  1991  et  l’organisation  des  élections  générales  devaient  constituer  un  tournant  historique  dans  la  vie  politique  congolaise.  C’est  que  la  démocratisation  espérée  n’était  qu’un  ajustement  politique, forme  n’ayant  pas  pu  régler  la  crise  de  l’état  post-colonial,  car  ce  procédé  ne  s’est  matérialisé,  ni  par  une  modification  constitutionnelle  profonde,  ni  par  des  changements  significatifs  du  personnel  politique.

Pourquoi  la  décentralisation  politique, 

il  est  d'abord  et  avant  tout  un  projet  politique  qui  cherche  à  concilier, à  l'intérieur  d'un  État,  deux  ou  plusieurs  communautés  distinctes,  afin  de  les  amener  à vivre  ensemble,  et,  en  même  temps,  séparément. La  décentralisation  politique  est  un  compromis  entre,  la souveraineté  respective  des  différentes  communautés et/ou de leurs membres. De  par  sa  nature  même,  elle  cherche  à  trouver  un  équilibre  entre  les  forces  centripètes  et  les  forces  centrifuges,  entre  des  besoins  antagonistes   en  vue  de  créer  l'unité  nationale et de diversité  culturelle, entre  une  mise  en  commun  et  la  séparation.  Il  repose  sur  la  reconnaissance  par  le  gouvernement  central  des  gouvernements  régionaux  qui  auront  pour  compétences :  la  gestions  des  affaires,  une  législation  et  une  juridiction. Cette  forme  de  décentralisation,  aussi  appelée,  Fédéralisme  modéré,  apparaît,  finalement,  comme  l’une  des  organisations  sociales  décentralisées,  proche  des  individus,  des  droits  des  communautés  et  capable  d’y  répondre  aux  troubles  populaires,  aux  conflits  sociopolitiques,  en  assurant  les  rapports  entre  les  individus  et  leurs  communautés  et  les  rapports  entre  les  différentes  communautés.

C’est ainsi que, de nos jours, le monde, partagé entre  plusieurs  classes  rivales ou  plusieurs  classes  culturelles, est obligé de se donner  une  organisation  décentralisée,  ce  qui  est  surtout  important ;  les  succès  des  uns,  se  feront  sans  l’écrasement  des  autres.  Dont  l’objet  essentiel  est :

1)      La  liberté  de  l’individu

2)      La  liberté  de  la  communauté

3)      L’autonomie  des  communautés

4)      L’association  ou  l’union  des  différentes  communautés

Pourquoi  la  déconcentration  politique,  le  but, encore,  est  de  trouver  les  équilibres,  nécessaires,  un  compromis  entres  les  différentes  formes  de  forces  nationales,  pour  nous  permettre,  ainsi,  de  limiter  les  frustrations  fondées  sur  les  besoins, les complexes  et  les  hégémonies  régionales.  La  déconcentration  consistera  de  répartir  la gestion  de  la  politique  nationale  de  façon  relativement  équilibrée,  du  point  de  vue  géographique  dans  le  pays,  et  diminuer,  ainsi,  l’Etat  de  centralisation  et  de  concentration  politique  à  Brazzaville.

C’est  un  compromis  consensuel et  exogène  de  la  gestion  de la  politique  nationale  répartie  dans  l’ensemble  du  territoire  par  distribution   des  administrations  politiques,  de  contrôle  et  des  compétences.

C’est  ainsi  que :

·         La  ville  de  Brazzaville,  capitale  du  Congo  abritera  le  siège  du  Gouvernement  et  de  tous  les  ministères,  et  restera  la  capitale  exécutive  et  politique.

·         La  ville  de  Pointe-Noire,  ville  stratégique  de  notre  pays,  abritera  le  siège  du  Parlement  national,  deviendra  la  capitale  économique  et  législative.

·         La  ville  de  Ouesso,  métropole  importante  dans  le  nord  de  notre  pays,  abritera  le  siège  du  la  Cour  Suprême,  et  deviendra  la  capitale  judiciaire.

Objet  de  cette  constitution ,  Un  débat  de  fond  a  toujours  été, lâchement,  évité  dans  le  pays :  Tribalisme  et  Démocratie,  en  vue  de  traiter  la  problématique  dans  le  fond.  Ce  qui  me  pousse  à  me  poser  la  question  simple,  qu’est  ce  que  la  démocratie dans  une  société  ou  les  besoins,  les  complexes  et  les  hégémonies  ethniques  sont  forts?

La  démocratie  n’est  pas  seulement  l’expression  du  suffrage   universel,  mais  c’est  aussi  l’équilibre  des  pouvoirs  pour  permettre son  meilleur  contrôle  par  les  élus  du  peuple  qui  doivent  rendre  compte  à  ces  derniers.  L’équilibre  est  cette  force  à  tendance  neutralisante,  les  forces  en  présence.  Cet  équilibre  constitutionnel  dépend  de  l’histoire,  de  la  culture  des  différentes  forces  en  présence.  Peut-on  croire à  la  démocratie,  lorsque  le  suffrage  universel  produit  que  des  majorités  ethniques  sans  aucune  concurrence  sur  les  projets ?  La  démocratie  me paraît,  donc,  être  en  danger,  le  but  de  ma  proposition  de  projet  constitutionnel  est  d’essayer  de  proposer  cet  équilibre  constitutionnel  d’ordre  consensuel  et  d’essayer,  par  conséquent  de  trouver,  définitivement,  une  solution  à  cette  problématique,  tout  en  veillant  à  l’égalité  des  chances,  la  justice,  la  solidarité  et  la  liberté  du  peuple,  les  buts  avoués sont  

·         Neutralisation  des  différentes  formes  de  forces.

·         Eviter  les  conflits  sociopolitiques,  liés  aux  besoins,  complexes  et  aux  hégémonies  régionaux. 

·         Rapprocher  les  destins  du  peuple  par  la  démocratie  participative,  par  la  politique  décentralisée  et  déconcentrée. 

Par  conséquent,  les  succès  des  uns,  se  feront  sans  l’écrasement  des  autres.

Cet  article  est  en  deux  sous articles,  pour  votre  meilleure  compréhension,  lire  la  suite  en  autre  sous  article  en  cliquant  sur :  POUR UNE AUTRE CONSTITUTION POUR LECONGO_1_

POUR   UNE  AUTRE  CONSTITUTION  POUR  LE  CONGO : 

Préambule :

La Nation  protège la liberté et les droits du peuple et elle assure l’indépendance et la sécurité du pays.

Elle  respecte  la  souveraineté  des  zones (le  cas  échéant :  les  régions)  jusqu’à  la  limite  fixée  par  la  loi  centrale.

La  Nation  est  unie  et  indivisible,  elle favorise   la cohésion  interne  et  respecte  la  diversité  culturelle  de  chaque  communauté  et  de  chaque  région.

Elle veille à  l’égalité des chances  aussi  grande que possible,  entre  individus  et  entre  régions  et  elle  favorise  l’expression  de  l’individualité  et  l’expression  de  la  régionalité.

Elle  gère  les  ressources  naturelles  du  pays  et  elle  s’engage  à  son  indépendance.

1)      Le  découpage  du  Congo  en  Zones :

Le  découpage  du  Congo  se  fera  en  cinq  zones  distinctes,  chaque  zone  sera  composée  des  régions  et  d’une  capitale,  sauf  les  cas  spécifiques  des  villes  comme  Pointe-Noire  et  Brazzaville.  En tenant  compte  des  faits  politiques  réels  de  notre  pays,  il  apparaît  de  groupage  sur  les  différents  antagonismes  dans  notre  pays,  ces  antagonismes  sont :  Antagonisme  nord-sud,  antagonisme  nord-nord,  antagonisme  sud-sud,  de  ces  groupages,  ressortent  les  zones  suivantes :

  • Zone  Brazzaville   

  • Zone  Pointe-Noire

  • Zone  Sud-ouest  (Kouilou,  Niari,  Bouenza  et  Lekoumou)  Capital : DOLISIE

  • Zone  Sud-est   et  Centre  (le Pool  et  les  Plateaux)  Capitale : KINKALA

  • Zone  nord  (la Cuvette,  la  Sangha,  la  Likouala)  Capitale : OUESSO, 

et  les  régions  qui  constitueraient  ces  zones  sont  des  régions  qui,  culturellement,   ayant  moins  du  mal  d’être  administrer  ensemble.

Remarque : 

A)  Ces  zones  pour  être  valides,  doivent  avoir  le  consentement   démocratique des  populations  intéressées,  le  cas  contraire,  il  serait  admis  de  conserver  les  régions  actuelles  du  Congo,  sans  les  assembler  en  zones.

B)  S’il  n’est  pas  possible,  par le  choix  des  régions,  de  constituer  au  moins  trois  zones,  cette  idée  de  zones  pourra  être  écartée  pour  le  découpage  du  Congo  en  onze   régions,  dont  les  villes  de  Brazzaville  et  Pointe-Noire  seront,  aussi,  considérées  comme  des  régions  à  part  entière.   

2)      Le  découpage du  Congo  en  Régions :

Les  neufs  régions  actuelles  seront  conservées,  mais  elles  seront  rassemblées,  certaines  ensembles,  pour  constituer  des  zones.  Ces  assemblements  ne  doivent  pas  être  une  obligation,  les  régions  par  le  biais,  de  leurs  administrés  choisirons  librement,  leurs  appartenances  à  une  zone  proposée,  le  cas  échéant,  elles  choisirons  leurs  zones  d’appartenance  ou  formeront   librement   une  région  à  part  entière,  et  disposera  des  mêmes  prérogatives  que  les  zones  formées  par  l’association  de  plusieurs  régions.

Toutes  les  régions  seront  des  entités  administratives  et  financières,  afin  de  les  inciter  à  mieux  s’autogérer,  leurs  budgets  seront  tirés  des  impôts  relevant  de  la  compétence  locale  que  fixera  la  loi  centrale,  ajouté  du  budget  provenant  du  Parlement  national  tiré  de  la  formule  de  péréquation,  qui  est  un  réajustement  entre Régions  prospères  et  Régions  moins  prospères.   

Remarque : 

S’il  n’est  pas  possible,  par  le  choix  des  régions,  de  constituer  au  moins  trois  zones,  cette  idée  de  zones  pourra  être  écartée  pour  le  découpage  du  Congo  en  onze   régions,  dont  les  villes  de  Brazzaville  et  Pointe-Noire  seront,  aussi,  considérées  des  régions  à  part  entière.   

3)      Relations  entre  le  Parlement national  et  les  zones  (le  cas  échéant :  Les Régions) :

Le  Parlement  national  tient  compte  de  la  charge  financière  qu’entraîne  la  mise  en  oeuvre  du droit; elle  laisse  aux   zones  (le  cas  échéant : les  régions)  des  sources  de  financement  suffisantes et  opère  une  péréquation  financière  équitable,  en  tenant   compte  de  la  superficie,  du  nombre   des  habitants).

4)      Relations  entre  le  Gouvernement  central  et  les  Zones  (le  cas échéant :  Les Régions)

Le  Gouvernement  central  et  les  Zones  (si  non  les  Régions)  s’entraident  dans  l’accomplissement  de  leurs  tâches,   de   leurs   projets   et   collaborent   entre   eux.

Ils  se  doivent  respect  et  assistance. Ils  s’accordent  réciproquement  l’entraide administrative et l’entraide judiciaire.  Les  décisions  du  gouvernement  central priment  sur  celles   des    Zones,  et  le  Parlement  pourra  être  saisi,  pour  statuer sur  cette  décision,  en  cas  de  désaccord  avec  une   Zone.

5)      Relations  entre  les  Zones  (le  cas  échéant : Entre  les   Régions) :

Les  Zones  peuvent  conclure  des  conventions  entre  elles  et  créer  des  organisations  et  des  institutions  communes.  Ils  peuvent  notamment  réaliser  ensemble  des  tâches  d’intérêt  régional.

La  Nation  peut  y  participer  dans  les  limites  de  ses  compétences.

Les  conventions  interzones  ou  interrégionales  ne  doivent  être  contraires  ni  au  droit  et  aux  intérêts  de  la  Nation,  ni  au  droit  des  autres  Zones  ou  des  autres  Régions.  Elles  doivent  être  portées  à  la  connaissance  de  la  Nation.

6)      Le  pouvoir  local  (le  Gouverneur  de  Zone  ou  de  Région) :

Le  pouvoir  local  sera  confié  à  un  Gouverneur  de  Région  qui  sera  issue  de  la  majorité  de  l’assemblée  régionale.

L’assemblée  régionale  pourra  élaborée  ses  propres  lois  fondées  sur  les  coutumes  des  communautés  locales  et  d’autres  lois  régionales  spécifiques  dans  les  cadres  fixés  par  la  loi  centrale.

7)      Le  pouvoir  exécutif  (le  Président  de  la  république) :

Sera  conféré  par  un  Président  de  la  république  sera  le  premier  élu  au  suffrage  universel  direct  de  l’élection  générale,  il  restera  en  fonction  pendant  une  période  de  cinq  ans  d’un  mandat  et  renouvelable  qu’une  seule  fois.  Le  Président  choisira  son vice-Président, qui  le  secondera  ou  le  remplacera  après  sa  mort.  Le  Président  formera  un  Gouvernement  central  qui  aura  des  compétences  sur  les  Affaires   étrangères,  la  Monnaie,  la  Défense  nationale, l'économie,  l’agriculture  et    l’enseignement  supérieur.

Le  siège  du  Gouvernement,  ainsi  que  les  ministères  seront  à  Brazzaville.

8)      Le  pouvoir  législatif  (le  Parlement  national) :

Tous  les  pouvoirs  exécutifs  seront  accordés  au  congrès  qui  sera  composé  d’un Parlement  national  dont,  son  Président  sera  le  deuxième  élu  au  Suffrage  universel  direct  de  l’élection  générale. Ce  parlement  sera  bicaméral : l’assemblée  nationale  (le  Conseil  national)  et  le  sénat  (le  Conseil  des  Régions).

Les  membres  de  l’Assemblée  nationale  (ou  députés)  seront  choisis  pour  sept  ans,  aux  élections  par  le  peuple  des  circonscriptions  concernées. 

Le  Sénat  sera  représenté  par  les  membres  choisis,  aux  élections  par  les  grands  électeurs  de  chaque  Région,  chaque  Région  aura  un  nombre  de  sénateur  bien  définit  que  prévoira  la  loi  en  la   matière.

Le  Parlement  contrôle  le  gouvernement,  il  peut  avoir  la  possibilité,  de  le  questionner,  de  procéder  aux enquêtes,  il  doit  approuvé ou  non  le  budget  proposé  par  le  gouvernement,  contrôle  et  vérifie  l’emploie  de  ce  budget.

Il prend  acte des  bilans  prévisionnels  de  chaque  Zone  ou  Région  et  y  libère  les  budgets  réservés,  dont  le  calcul  fait  par  le  parlement  national  correspondra  à  une  formule  dite  de    péréquation  et  transparente  sera  fixé  par  la  loi  centrale  qui  tient  compte  du  bilan  prévisionnel,  de  la  superficie  et  du  nombre  d’habitant.

Une  proposition  de  loi  aura  une  force  de  loi  si  elle  voté  à  la  majorité  absolue  des  membres  du  Parlement  national  et  à  la  majorité  au  deux  tiers  des  onze  régions  par  leurs  assemblées  régionales.

A  la  demande  d’un  juge,  le  Parlement  peut  lever  les  immunités  présidentielles  et  parlementaires.

Le  siège  du  Parlement  national  sera  à  Pointe-Noire.

9)      Le  pouvoir  judiciaire supérieur  (la  Cour  suprême):

Est  l’organe  juridictionnel  et  consultatif  le  plus  élevé  de  la   nation.

Il  sera  dirigé  et  composé  par  des  magistrats,  dont  son  Président  sera  choisit  par  le  Président  de  la  République  et  son  Vice-président  sera  choisit  par  le  président  du  Parlement  national.

Le  pouvoir  judiciaire  sera confiée  à  une  cour  suprême  qui  aura  pour  juridiction  la  première  instance,  sur  tout  ce  qui  concerne :

  • Le  président,  Les  ministres,  les  députés,  les  ambassadeurs,  les  sénateurs dans  l’exercice  de  leurs  fonctions  politiques  uniquement. 

  • Les  différends  entre  les  zones  (le  cas  échéant :  entre  les  régions)

  • Les  différends  entre  les  individus  ou  sociétés  et  les  administrations  centrales

Dans  les  autres  cas,  elle  aura  pour  juridiction  d’appel,  après  que  tous  les  appels  du  pouvoir  judiciaire  inférieur  ont  été  puisés.

Les  juges  qui  composeront  la cour  suprême  seront votés  par  le  parlement  ou  proposés  par  les  Président  de  la  république, Président  du  parlement  national  et  président  de  la  Cour  suprême,  selon  la  proposition  de  la  loi  en  la  matière.

Elle  fixe  les  dates  des  échéances  électorales,  assure  la  bonne  préparation  et  la  bonne  tenue  des  élections.  Elle  veille  à  l’organisation  et  à  l’élaboration  d’une commission  électorale  indépendante.

Elle  connaît  en  premier  et  dernier  ressort  des  recours  formés  contre  les  actes  du  président  de  la  République   et   du   Président   du   Parlement,  ainsi  que  des recours  formés  contre  les  ordonnances  prises  en  application,   sous  réserve  de  leur  ratification.

Elle  connaît  en  premier  et  dernier  ressort  des  recours  formés  contre  les  toutes  les  élections  (Générales,  législatives  et  locales).

Elle sera  composée :  de  la  cour  des  cassations,  de  la  cour  des comptes,  de  la  cour  constitutionnelle,  de  la  cour  administrative,  de la  cour  civile,  pénale  et  sociale.

Le  siège  de  la  Cour  Suprême  sera  à  Ouesso.

10)  Le  pouvoir  judiciaire inférieur (Cours  régionales):

Le  pouvoir  judiciaire  inférieur  sera  de  la  compétence  des  Zones  (ou  le  cas  échéant  des  Régions),  elle  jugera,  les  affaires  relevant  du  pénal,  du  civil  et  de  l’administratif.  Il  a,  aussi  pour  rôle  de  veiller  à  l’application  des  lois  centrales  dans  les  Zones. L’organisation  du  pouvoir  judiciaire inférieur  sera de  la  compétence  des  Zones.

Les  Cours  inférieures  fonderont  leurs  jugements  sur  les  lois  régionales (ou  coutumières)  avant  les  lois  centrales

Son  siège  sera  dans  la  capitale  de  la  Zone  concernée  (le  cas échéant :  la  capitale  de  la  région),  ou,  peut-être  librement  choisi.

11)  L’élection  Générale:

A  l’issue  des  élections  et  pour  garantir  l’équilibre  des  pouvoirs  entre  les  régions  et  les  ethnies,  les  trois  premiers  qui  arrivent  en  tête  se  verront  octroyer  les  fauteuils  suivants : 

La  première  personnalité  sera  le  Président  de  la  République

La  deuxième  personnalité  sera  le  Président  du  parlement

En  cas de  désistement  du  deuxième élu  à  l’élection  générale  à  occuper  sa  fonction, ce  dernier,  devra  désigner  ou  choisir  son  remplaçant.

12)  L’élection  locale :

Chaque  Zone  ou  Région  élira  au  suffrage  universel  direct  ses  candidats  au  premier  tour,  une  assemblée  générale  sera  constituée  avec  le  nombre  des  représentants  de  chaque  parti  au  prorata  de  leurs  scores,  à  l’issue  du  scrutin.  L’assemblée  générale  votera  son  Gouverneur.

Le  Gouverneur  ne  détiendra  ses  prérogatives qu’à  l’intérieur  de  sa  Zone  (le  cas  échéant :  de  sa  Région),  l’assemblée  générale  pourra  lever  son  immunité  à  la  demande  d’un  juge.

En  général,  le  Gouverneur  aura  des  compétences  sur  les affaires culturelles, la police, la  gestion  économique,  la  recherche,  le  transport,  l’habitat   et  les  constructions  routières,  tout  ceci,   dans  sa  Zone  ou  dans  sa Région  pour  le cas  échéant.

Cet  article  est  en  deux  sous articles,  pour  votre  meilleure  compréhension,  le  début de  l’article  est  un  sous  article  en  cliquant  sur :

POUR  UNE  DECENTRALISATION  ET  DECONCENTRATION  POLITIQUE  POUR  LE  CONGO.doc 

Contact :        Appolinaire  KOULAMA   E-mail :          a.koulama1@wanadoo.fr