Le 26 juin 2006, le conseil du comité d’entreprise de la firme transnationale Arcelor donnait son feu vert pour un mariage avec l’indien de Mittal Steel. Les actionnaires de Arcelor venaient d’avoir raison de la vision de la direction et des propos méprisants des politiques occidentaux.

Ca y est après 5 mois de bataille boursière l’indien MITTAL STEEL a  gagné son combat, même s’il avait des concessions pour ne pas fâcher la direction de ARCELOR  cela étant dit il vaut mieux  un mariage de raison que d’une guerre.

Cette fusion au plan historique dans les relations entre le monde dit  « Occidental » et le reste du monde vient de prouver que le capitalisme n’a rien à voir avec la morale et la politique, même à l’intérieur des pays occidentaux. C’est le règne de l’argent facile et de l’individualisme qui prévaut. En somme ce qui a fait basculer les choses, c’est que les petits actionnaires ont accepté l’offre de l’Indien Mittal. En effet ces petits porteurs se voyaient offrir un bénéfice de près de 80%  soit près de dix fois de gain que la bourse offre en temps normal. Dans ces conditions, il fallait être fou pour ne pas accepter d’apporter ces actions.

Pour mémoire avant l’offre d’achat des actions de Arcelor par Mittal, elles valaient  au mois de novembre 2005 près de 18 euros  (moins de 20 euros en janvier 2006)     contre    36 euros en juin 2006.

Cette histoire montre que le  patriotisme économique, ne tient pas un seul moment debout face au bon sens des règles élémentaires de l’économie et des finances vues au niveau de l’individu. .

Les actionnaires de ARCELOR ont préféré faire confiance à l’indien qui a réussi par la force du poignée qu’a l’oligarque russe qui s’est  douloureusement enrichi sur les décombres de l’URSS .

Cette histoire nous autorise les enseignements suivants :

- Que les acteurs économiques des Pays en voie de développement ont la possibilité réelle de changer le monde, tout dépend de leur volonté.

- La politique n’a aucune influence sur la politique

- Le système de la bourse avec les petits actionnaires permet les Raids

- Que l’Occident n’est pas invincible